Décorticage et stockage des céréales: Les producteurs dans l’Extrême-Nord s’arriment à la modernité

mardi, 14 janvier 2020 13:06 Innocent D H

Ces agriculteurs disposent désormais d’une unité de décorticage et de stockage issue d’une technologie de pointe qui a officiellement coûté 633 millions de FCFA. Ce dispositif technologique vient d’être inaugurée à Maroua, la capitale régionale de l’Extrême-Nord par le ministre de l’Agriculture et du développement rural Gabriel Mbaïrobe.  

 

Le train de modernisation de l’Agriculture camerounaise en branle depuis plusieurs années doit rouler à une vitesse optimale. Ceci passe inévitablement par l’existence d’une industrie suffisamment efficace et efficiente pour la conservation et la transformation des produits agricoles. C’est sans doute ce qui justifie l’inauguration le 10 janvier dernier par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader) d’une unité de décorticage et de stockage des céréales notamment du sorgho. 

Un projet salutaire conjointement porté par le Conseil régional des organisations paysannes de la partie septentrionale du Cameroun (Cropsec) et la Société coopérative de commercialisation des céréales du Nord (Sococcen). Une machine qui dote ainsi le groupement des producteurs de céréales de cette partie du triangle national, des moyens techniques et technologiques pour la commercialisation du sorgho, matière première pour la société brassicole Guiness Cameroun, filiale locale du géant britannique Diageo. 

Un vent d’espoir

Cette unité est perçue comme une manne par les producteurs confrontés par le passé à d’énormes difficultés (décorticage et de conservation des fruits de leurs récoltes), ce qui entraînait très souvent un gros manque à gagner quand arrive le moment de la commercialisation. Sans mécanique fiable de décorticage et de conservation, les céréales ne peuvent pas être compétitives sur le marché. Raison toute trouvée par les bénéficiaires d’exprimer de vive voix leurs remerciements aux porteurs du projet. 

Pour le Minader, dans le sillage de la promotion de l’agriculture de seconde génération chère au Chef de l’Etat, les producteurs doivent s’approprier davantage la donne en faisant bon usage de cette infrastructure dont la technologie correspond aux standards internationaux. 

Il faut évoquer ici que, l’infrastructure a été financée dans le cadre du Projet d’investissement et de développement des marchés agricoles (Pidma). La part contributive de la Banque mondiale (BM) pour la matérialisation de ce projet est de l’ordre de 50 milliards de FCFA. 

Les producteurs de céréales dans la région de l’Extrême-Nord pourront donc désormais mieux assurer le décorticage et le stockage de leurs produits agricoles et favoriser à leur manière la croissance économique dans la dynamique de l’émergence du Cameroun dont le cap est fixé sur 2035. 

 

Innocent D H

 

Leave a comment

Economie

Innocent D H Publié le lundi, 24 février 2020 10:28
Transfert de compétences : Le Groupe Huawei félicité par le Minesup pour son investissement au Cameroun

C’était ce 19 février à Yaoundé à l’occasion de la première finale nationale du concours dénommé « Huawei ICT Compétition …


Stéphane NZESSEU Publié le mercredi, 19 février 2020 15:12
Communication digitale : Le site de la SNI n'a pas été actualisé depuis 2017 (année de mise en ligne)

Pour une organisation dont l’objectif majeur est d’incité l’investissement au Cameroun, c’est une catastrophe. A l’ère de l’extrême digitalisation de…


Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.