Reconstruction du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pendant la guerre : Est-ce possible en l'état actuel de la crise ?

mercredi, 24 juin 2020 09:08 Stéphane NZESSEU

Depuis quelques jours, le ministre délégué Paul Tasong sillone les villes du Nord-ouest et du Sud-Ouest pour prêcher la reconstruction des édifices pour le redémarrage économique dans les deux régions en proie jusqu’ici à une violente crise sécuritaire. Une démarche que plusieurs camerounais rencontrés ce mardi dans les rues de Douala ne comprennent pas.


Carrefour Hôtel de l’air à Bonapriso (Douala), au milieu de conducteurs de moto présent à ce point de ramassage des clients, de nombreux déplacés qui ont fui les villes du Sud-Ouest du fait de la guerre. Ils se « débrouillent » dans le transport par moto taxi. Nous ouvrons une conversation autour de la question de la reconstruction annoncée par le gouvernement dans les régions en crise.

Le premier qui intervient c’est le jeune Bryan O... Il est à Douala depuis presque deux ans, il était avant de quitter la ville de Buea, en Upper Six dans un établissement de la ville, mais il n’a jamais pu faire son Baccalauréat jusqu’ici. De plus au début de la crise, il a participé avec certains amis dans certains mouvements séparatistes avant de s’en détacher.

Pour ce jeune qui se reconnais et s’identifie comme camerounais, « cette initiative du gouvernement est bien pensé. Parce qu’il n’y a plus de vie dans les villages. Les gens meurent de faim. Certains groupes ambazoniens se sont transformés en groupe pour terroriser les populations et arracher les récoltes dans les champs. En tout cas pour ceux qui ont encore pu cultiver quelques choses.

Parce que ça fait longtemps que la crise dure. Et vous savez que les ambazoniens aiment se cacher en brousse. Du coup c’est compliqué de continuer à aller au champs normalement. Beaucoup de gens ne cultivent plus. Donc, si le gouvernement peut faire quelque chose, ce sera bien pour les gens qui n’ont pas réussi à fuir les zones en guerre. »

A côté de lui, un de ses compagnons de fortune (qui n’a pas souhaité nous parler de lui) fait remarquer « c’est bien de vouloir reconstruire. Mais vous allez reconstruire sans avoir réglé le problème des anglophones comment ? A quoi ça va servir de dépenser beaucoup d’argent pour construire une route sur laquelle on va venir brûler les roues alors que le bitume n’est même pas encore sec ? Je pense que ce que le gouvernement peut faire pour aider les gens du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, c’est qu’il faut d’abord s’occuper de ceux qui ont fui et qui sont ici à Douala, à Banga, à Manjo, à Loum et dans tous les villages là et qui sont abandonnés à eux-mêmes, sans argent, sans travail. Les gens ont abandonné leurs belles maisons à Bamenda, à Buea, à Mamfé et ils dorment dans la rue ici à Douala. Si vous les aidez vraiment, ceux qui sont restés au Nord-Ouest et au Sud-Ouest vont voir que vous êtes bien intentionnés et ils peuvent vous aider à essayer de reconstruire là-bas. »

Manifestement, la volonté de reconstruire pourrait être nourri de bonne intention. Mais à écouter ces jeunes gens, il y a une véritable crainte de l’assimilation par les francophones. De sortes que toutes initiatives du gouvernement de la république sont perçues avec beaucoup de suspicions.


Stéphane NZESSEU

 

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le mardi, 21 juillet 2020 08:08
Produits pétroliers : Le Cameroun lance un appel d’offres international de 465 000 tonnes

Le ministre camerounais de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba vient de lancer un avis d’appel d’offres pour…


Innocent D.H. Publié le vendredi, 17 juillet 2020 15:52
Transport aérien : Le Président Paul Biya ordonne la privatisation de la Camair-Co

C’est la quintessence d’une correspondance adressée le 14 juillet dernier au Premier ministre, Chef du Gouvernement par le Secrétaire général…


Santé

Liliane N. Publié le jeudi, 09 juillet 2020 14:44
Le camerounais Arthur Zang invente un système intelligent de production d’oxygène médical

La nouvelle invention d’Arthur Zang qu’il a baptisée Oxynnet peut bien servir en cette période crise sanitaire. Arthur Zang vient…


N.R.M Publié le mercredi, 24 juin 2020 11:25
Lupus Érythémateux Systémique : « Ces malades qui meurent »

C’est à travers une lettre ouverte que Ghislaine Mangoua Kamcheu, présidente de l’association « J’ai un Lupus », maladie auto-immune,…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.