Mutinerie à la prison de Buea : Des avocats demandent les corps des détenus assassinés

jeudi, 08 août 2019 15:45 Otric N.

Les avocats qui défendent les détenus anglophones, incarcérés dans le contexte de la crise actuelle dans les régions anglophones du Cameroun, demandent où se trouvent trois cadavres de détenus abattus le 23 juillet à la prison centrale de Buea, a rapporté The Post.

 

Le principal bimensuel de langue anglaise rapporte que des avocats demandent également l'accès aux détenus, après s'être vu refuser l'accès de façon persistante, à la suite d'émeutes dans les prisons, lorsque plusieurs auraient été tués après que des balles réelles aient été utilisées sur les détenus qui protestaient.

Ceci est le résultat d'enquêtes lancées par des avocats pour découvrir les détails de l'incident qui s'est produit à la prison centrale de Buea, écrit le journal, ajoutant que les avocats ont révélé qu'ils ont, à ce jour, établi que quatre détenus ont été tués et 75 autres blessés lorsque les militaires ont ouvert le feu sur eux le 23 juillet.

S'adressant à The Post, l'avocat Henry Njong, l'un des avocats qui défendent les détenus, a déclaré que l'administration pénitentiaire lui avait refusé l'accès à ses clients, exigeant qu'il passe par différents canaux bureaucratiques pour obtenir l'accès. Une pratique qui, dit-il, n'est pas la procédure.   

Sur ce que lui et son équipe ont rassemblé jusqu'à présent, l'avocat Njong a déclaré à The Post qu'ils avaient appris que quatre détenus avaient été abattus et tués, alors qu'ils demandaient que leurs conditions de détention soient améliorées.   

Il a dit que sur les quatre personnes tuées, un homme âgé a été emmené à la morgue de l'hôpital régional de Buea, et trois autres sont portées disparues. Les trois autres auraient été sortis du centre de détention par des officiers militaires, après avoir été abattus.

L'avocat Njong a raconté que son équipe a obtenu des sources indépendantes que : "Pendant les émeutes du 23 juillet, les militaires ont tiré sur des prisonniers sans distinction, quatre personnes ont été tuées ce jour-là et plus de 75 autres ont été blessées".

L'avocat Njong a déclaré à The Post que, bien qu'empêché de parler à ses clients, il a eu la chance de parler à certains d'entre eux, qui ont été emmenés hors de la cour de la prison pour comparaître devant le tribunal militaire de Buea. "Heureusement pour moi, certains des prisonniers ont été renvoyés et emmenés devant le tribunal militaire, puis je les ai rencontrés là-bas. J'ai vu des blessés. Ils m'ont dit que, pendant qu'ils étaient en prison, ils étaient entassés dans une pièce de 4 x 4 mètres.

Soixante d'entre eux ont passé près de 10 jours dans cette pièce. Ils étaient debout dans l'eau jusqu'aux chevilles, et à cause de la chaleur intense, certains d'entre eux s'enroulaient chaque jour. À cause de cela, les administrateurs de la prison ont décidé d'arrêter ce qu'ils appellent la punition. Ils ont été entassés dans une cellule d'isolement, puis emmenés dans des cellules normales", rapporte The Post.

Le gouvernement camerounais, de plus en plus soupçonné du sort des détenus exfiltrés des prisons centrales de Yaoundé et de Buea à la suite des bouleversements du mois dernier, a déclaré que personne n'avait été tué dans les deux mutineries.

Lors d'une conférence de presse le vendredi 02 août 2019, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi a présenté un compte-rendu des événements entourant les mutineries qui ont secoué la prison centrale de Kondengui à Yaoundé et la prison principale de Buea dans la région sud-ouest les 22 et 23 juillet 2019, respectivement.

 

Zéro mort à Buea, 20 personnes arrêtées

En ce qui concerne les incidents survenus le 23 juillet 2019 à la prison principale de Buea, au cours desquels les prisonniers insurgés ont utilisé la même procédure, en refusant obstinément tout dialogue avec les autorités administratives et pénitentiaires et en choisissant de saccager et de brûler les différentes installations de la prison, les forces de l'ordre qui ont été déployées pour rétablir le calme et l'ordre ont pu, selon les autorités, limiter les dégâts.

Selon René Emmanuel Sadi, "la mutinerie orchestrée dans cet établissement pénitentiaire, comme vous le savez, n'a enregistré aucune perte en vies humaines. Entre-temps, deux éléments des forces de sécurité ont été blessés et 43 détenus parmi les insurgés ont été blessés, dont 20 ont été immédiatement soignés à l'infirmerie de la prison, et un autre détenu s'est précipité dans un hôpital voisin de la ville de Buea pour recevoir des soins médicaux. Au moment où nous parlons, l'état de santé de tous les blessés s'est considérablement amélioré, tandis que les procédures habituelles engagées contre les 20 insurgés identifiés comme leaders ont également été fermées."

 

Otric N. 

 

Leave a comment

Economie

Santé

Innocent D H Publié le lundi, 16 septembre 2019 12:43
Région du Nord : Plus d'un million de moustiquaires imprégnées à longue durée d'action en cours de distribution

Dans le cadre de la lutte contre le paludisme que mène le ministère de la santé publique, la troisième campagne…


Otric N. Publié le mardi, 10 septembre 2019 13:19
Le Directeur de l'ONUSIDA appelle à un financement rapide des projets au Cameroun

Savina Ammassari, Directrice de l'ONUSIDA au Cameroun, a exprimé sa déception face à une récente enquête des Nations Unies sur…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.