Les chefs de centre régionaux du Comité national de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR) nommés

mercredi, 12 décembre 2018 17:06 Mfoungo

Le Premier ministre a signé vendredi drnier un décret portant nomination des chefs de centre régionaux du Comité national de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR).

Monsieur Gabsa Nyagha Sixtus dirigera les opérations du CNDDR dans la région du Nord-Ouest où certains militants de la cause sécessionniste se livrent à des activités armées depuis près de deux ans. Il sera établit à Bamenda pour l’exercice de ses fonctions. Non loin de là, à Buea, région du Sud-Ouest, Les activités du Comité national de désarmement, démobilisation et réinsertion, seront conduites par Monsieur Fonju Njukang Bernard.

Le Premier ministre, Philemon Yang, a également désigné Monsieur Dumar Bichair chef du centre régional du CNDDR de l’Extrême-Nord à Mora. La décision du Premier ministre survient moins d’une semaine après le décret du président de la République plaçant l’ancien gouverneur du Littoral, Fai Yengo Francis, à la tête du Comité de désarmement.

Placé sous l’autorité du Premier ministre, le CNDR disposera de ressources constituées par les subventions de l’Etat, les dons et legs, les contributions des partenaires techniques nationaux et internationaux. Il bénéficiera également de toutes autres ressources qui pourraient lui être affectées conformément à la législation en vigueur, souligne le décret rendu public vendredi.

En matière de désarmement, le CNDDR a pour missions d’accueillir et de désarmer les ex-combattants, de collecter, de répertorier et de stocker les armes et munitions remises volontairement par les ex-combattants, de prendre toutes les dispositions appropriées pour la destruction desdites armes, munitions et explosifs, en liaison avec les administrations compétentes.

S’agissant de la démobilisation, le Comité devra mettre en place des sites de cantonnement d’ex-combattants et en assurer la gestion, assurer l’encadrement des ex-combattants, leur apporter une assistance multidimensionnelle dans le cadre de leur préparation à un retour à la vie civile.

Au plan de la réintégration, il s’agira de prendre les dispositions nécessaires à la déradicalisation des ex-combattants, de mener des actions de sensibilisation et d’apporter une assistance multidimensionnelle aux communautés d’origine aux fins de faciliter la réintégration des démobilisés, d’aider à leur réinsertion dans la vie civile, notamment par l’organisation, la formation, la mise à disposition d’outils ou moyens de production et l’assistance à la création d’activités génératrices de revenus.

En rappel, depuis décembre 2017, des dizaines de combattants repentis de Boko Haram ont été accueillis dans plusieurs localités de l’Extrême-Nord du Cameroun, puis rassemblés dans un camp de la Force multinationale mixte (FMM) situé dans la localité de Mehé, d’où ils n’ont pas le droit de sortir.

Quant aux sécessionnistes anglophones, qui poursuivent leur activisme armé sur le terrain, aucune reddition n’a été officiellement annoncée à ce jour en dépit d’un appel pressant de Paul Biya qui, lors de sa prestation de serment, le 6 novembre dernier, avait demandé «aux jeunes qui se sont laissés entraîner dans une aventure sans lendemain» de «retrouver le droit chemin».

«A ces entrepreneurs de guerre, qui mettent à mal notre unité nationale et prônent la sécession, il faut qu’ils sachent qu’ils se heurteront non seulement à la rigueur de la loi, mais aussi à la détermination de nos forces de défense et de sécurité. Je leur lance un appel à déposer les armes et à retrouver le droit chemin. J’en appelle tout particulièrement aux jeunes qui se sont laissé entraîner dans une aventure sans lendemain», avait déclaré Paul Biya.

Otric N.

Leave a comment