Insécurité : Quatre morts dans deux attaques de Boko Haram à l’Extrême-Nord

mardi, 10 septembre 2019 11:03 Marie MGUE

La secte islamiste Boko-Haram a perpétré deux attaques dans la nuit de samedi à dimanche, dans la localité de Talkoumri dans l'arrondissement de Kolofata qui a fait quatre morts, et dans  une base de l'Armée camerounaise  dans la localité de Tchébétchébé dans le Mayo Tsanaga.

 

Boko Haram a semé la terreur dans la nuit de samedi 07 à dimanche 08 septembre 2019 dans deux arrondissements de la région de l’Extrême-Nord Cameroun. Les adeptes de cette secte islamiste ont durant cette nuit,  attaqué  une famille  dans la localité de Talkoumri dans l'arrondissement de Kolofata. Quatre personnes ont été enlevées avant d’être  fusillées par leurs ravisseurs.  Les chefs de famille Madou Oumate,  Mallioum Boukar,  Awana Et Alhadji Boukar  ont rendu l’âme sur le champ.  

La deuxième incursion a été perpétrée dans une base de l’Armée camerounaise dans la localité de Tchébétchébé dans le Mayo Tsanaga.  Près de 50 assaillants ont pris d'assaut le poste en l’absence  des principaux responsables, partis se ravitailler en vivre. Ces terroristes  ont emporté des munitions et des armes des Forces de Défense et de Sécurité et ont  fait plusieurs blessés.

C’est la énième fois depuis le début de l’année,  que ce groupe Jihadiste nigérian   s’attaque aux civils et aux Force de Défense et de Sécurité dans  cette région du Cameroun. Ces jihadistes ciblent régulièrement  la Force Multinationale mixte (Fmm), une coalition régionale qui lutte contre ces terroristes. Depuis 2015,  le Cameroun,  comme plusieurs pays de la Sous-région Afrique Centrale, luttent contre Boko Haram au sein de la FMM engagée dans la région du lac Tchad avec l’aide des comités de vigilance composés de citoyens locaux.

Cette secte privilégie depuis des mois des attaques de nuit. Il brûle des maisons, égorge ou tue à l'arme blanche, pose des mines, vole du bétail et du mil. Selon un rapport publié en décembre 2018 par le centre d'analyse et de prévention des conflits, International Crisis Group (ICG),  ces Jihadistes  ont tué depuis 2015, plus de 2500 civils et militaires,  et enlevé près d'un millier de personnes dans l'Extrême-Nord du Cameroun.

L’insurrection de Boko Haram, qui a débuté en 2009 dans le Nord-Est du Nigeria, a fait plus de 27 000 morts et 1,8 million de déplacés dans ce pays. Boko-Haram sévit dans le Niger, le Tchad,  le Nigeria et le Cameroun .

 

Marie MGUE 

 

Leave a comment

Economie

Santé

Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.