Insécurité : Près de 10 morts dans de nouveaux raids de Boko Haram

mercredi, 12 juin 2019 07:14 Marie MGUE

Trois militaires et sept civils ont été tués, et un autre militaire enlevé,  lors d’une nouvelle incursion du groupe terroriste Boko Haram  dans la région de l’Extrême-nord, dans la matinée de lundi dernier.

 

Alors que la population rêvait déjà d’une vie paisible,  le groupe terroriste Boko Haram a resurgi   dans la région de l’Extrême-Nord, après quelques mois d’accalmie. Dans la matinée de lundi 10 juin dernier, un poste de la Force mixte multinationale (FMM) de lutte contre la secte islamiste dans l’île de Darak dans  le département du Logone-et-Chari, sur le lac Tchad, a été attaqué par ces terroristes qui voulaient  prendre son contrôle.

 

A en croire  le commandant de la Force Mixte,  ces combattants appartenant à l’ISWAP, faction du groupe terroriste Boko Haram, sont venus à bord de pirogues et à moto. Ils ont attaqué la base militaire et le poste de gendarmerie de cette localité. « Vers 3h45 min,  ce lundi 10 juin, plusieurs membres de Boko Haram ont attaqué le poste de la Force Mixte Multinationale et la brigade de l’île de Darak. Trois militaires et sept civils ont été  tués et un militaire enlevé », a souligné à Anadolu, le Général de brigade Bouba Dobekréo, commandant du secteur 1 de la FMM, une coalition régionale engagée contre cette secte islamiste. On apprend de la même source, que  Plusieurs boutiques et maisons ont été cambriolées par ces assaillants. « Les combattants de Boko Haram sont encerclés par nos forces dans leur cachette sur les îles. Nous tenons leur unique chemin de repli », a-t-il ajouté.

 

Cette énième attaque survient deux mois après celle de la nuit du  06 avril dernier. Près de 4 militaires camerounais avaient  également été tués au cours de violents affrontements contre ces djihadistes dans la même région. L'attaque avait toujours visé un poste de la FMM  dans la localité de Sagmé, frontalière au Nigéria. Toujours en avril 2019, au moins 7 civils, dont des vieillards, morts calcinés, de nombreux blessés ont été enregistrés au cours d’une énième attaque de cette secte terroriste basée au Nigeria, qui sévit depuis 2009  dans les pays  frontaliers.  Ils avaient également emporté plus de 200 sacs de mil et  300 sacs de haricots.

 

Malgré toutes les mesures mises sur pied par le gouvernement pour lutter contre ces djihadistes, les attaques se multiplient dans cette région ces derniers mois. Le Cameroun est officiellement en guerre contre cette secte  depuis mai 2014.  Le conflit a connu son paroxysme entre  2014 et 2015, avant de baisser légèrement en intensité. Mais depuis quelques mois déjà,  des enlèvements, des assassinats et des pillages sont recrudescents.  Actif dans les pays frontaliers du lac Tchad, Boko Haram, a causé au moins 27.000 morts et a provoqué le déplacement de 1,8 million de personnes depuis son apparition en 2009.

 

Marie MGUE

 

Leave a comment