Prévention COVID : Les surcharges reprennent de plus belle dans les taxis à Douala

vendredi, 24 juillet 2020 09:40 Stéphane Nzesseu

Durant les heures de gloire de la maladie à corona virus, le gouvernement avait mis un accent au respect des mesures barrières dont l’interdiction des surcharges dans les taxis de ville et les transports interurbains.

 

Carrefour Nelson Mandela ce matin (nom de re-baptême du célèbre carrefour ELF à Douala), il est bientôt huit heures, et c’est une heure de pointe pour les transporteurs. Car ils sont nombreux les citoyens qui sortent vaquer à leurs occupations. Bonanjo, Bonapriso, Bali, Rond-Point Deido, sont les principales destinations demandées par les passagers. Devant cette grande affluence, les conducteurs de taxis décident de faire de la surcharge. Deux passagers sur le siège passager avant et dans certains cas, ils sont plus de trois clients sur la banquette arrière. Sans sourciller, les taximen admettent des passagers au-delà des prescriptions de sécurité. Et même au niveau de l’obligation de port de masque par les occupants de leurs véhicules, ils ont baissé la garde.

 

Mr Mefire Ousmanou est le conducteur du taxi qui va nous transporter pour le Rond point Deido à cette heure de la matinée. A la question de savoir le pourquoi de cet état de chose, le monsieur d’âge mur va nous donner des réponses diverses. D’abord « on est obligé de porter toutes ces personnes le matin. Sinon beaucoup seront en retard. Vous-même vous voyez qu’il a un peu plu ce matin. Ce qui fait que ils sont nombreux à attendre le taxi. » Tantôt c’est « n’oubliez pas que pendant la COVD on a travaillé à perte pour le bien de tous. Maintenant on souhaite un peu récupérer ce qu’on a perdu. » Des raisons qui ne tiennent pas. De plus, il ne s’agit pas d’un phénomène constaté uniquement ce matin. Voici plus de deux semaines que ces conducteurs ont décidés de reprendre les anciennes habitues à bord de leurs véhicules.

 

Autre curiosité, les gendarmes et les policiers qui se déployaient dans les rues pour traquer les taxis en situation de surcharge, ou encore les citoyens qui n’arboraient pas de cache nez, cette police, elle également a baissé les bras. C’est la désinvolture totale. Les transporteurs et les gardiens de l’ordre public se comportent comme si la COVID avait complètement disparu de la ville. Or, le nombre de cas dans le pays ne fais que croitre. Ce comportement met la ville de Douala en danger permanent. Attention Attention !!!

 

Stéphane NZESSEU

Leave a comment

Economie

Innocent D.H. Publié le mardi, 21 juillet 2020 08:08
Produits pétroliers : Le Cameroun lance un appel d’offres international de 465 000 tonnes

Le ministre camerounais de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba vient de lancer un avis d’appel d’offres pour…


Innocent D.H. Publié le vendredi, 17 juillet 2020 15:52
Transport aérien : Le Président Paul Biya ordonne la privatisation de la Camair-Co

C’est la quintessence d’une correspondance adressée le 14 juillet dernier au Premier ministre, Chef du Gouvernement par le Secrétaire général…


Santé

Liliane N. Publié le jeudi, 09 juillet 2020 14:44
Le camerounais Arthur Zang invente un système intelligent de production d’oxygène médical

La nouvelle invention d’Arthur Zang qu’il a baptisée Oxynnet peut bien servir en cette période crise sanitaire. Arthur Zang vient…


N.R.M Publié le mercredi, 24 juin 2020 11:25
Lupus Érythémateux Systémique : « Ces malades qui meurent »

C’est à travers une lettre ouverte que Ghislaine Mangoua Kamcheu, présidente de l’association « J’ai un Lupus », maladie auto-immune,…


Videos

Newsletter

Please type your full name.Invalid email address.