02/12
Besoins énergétiques des entreprises : Accord trouvé entre le Gicam et Eneo pour la couverture…
02/12
Sécurisation des actes d'état civil : Le Bunec lance la phase de numérisation et d'indexation…
02/12
Flambée des coûts des intrants : La Sosucam assure que le sucre sera disponible
02/12
Nord Cameroun : Cimencam en passe d’obtenir un permis pour l’exploitation du marbre
02/12
Lutte contre le Sida/Chantal Biya: «la marche vers l’éradication du Sida est encore longue»
02/12
Séquestration de Maurice Kamto à Douala: Albert Dzongang parle de ce qu'il a vécu
02/12
Récompense: l’écrivaine Djaïli Amadou Amal sacrée Femme d’influence culturelle 2021
01/12
MRC: Maurice Kamto séquestré à Douala, selon son parti politique
01/12
Election à la Fecafoot: la candidature de Maboang Kessack réhabilitée et Samuel Eto’o débouté
30/11
Attaque meurtrière d'Ekondo Titi: le président de la République affirme que ces actes lâches ne…
29/11
Art et culture : Le festival Ecrans noirs remet un prix spécial au président Paul…
29/11
Coopération : La Corée du Sud promet 4 milliards FCFA pour construire 3 campus numériques…
29/11
Expertise publique : La Cour suprême engage les inspecteurs et contrôleurs d’Etat à plus d'objectivité
29/11
Données des sociétés d'assurance : La Beac veut créer une plateforme numérique pour faciliter la…
29/11
Commémoration de la Journée Africaine de la Statistique: ONU Femmes - partenaire du système statistique…
29/11
Le gouvernement condamne les agressions des Homosexuels
29/11
Tuerie d’Ekondo Titi: le gouvernement va traquer les auteurs
29/11
Tuerie d’Ekondo Titi: les missions diplomatiques présentes au Cameroun condamnent
28/11
Coupe d’Afrique des Nations 2021 : La Caf dévoile le prix des billets d’accès au…
28/11
Crises sécuritaires au Cameroun: Perfidie des Ongs
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Coronavirus
  • Covid -19 et attaque mondiale: Quand la menace sur la liberté d’expression a des répercussions dangereuses sur la crise de santé publique

Covid -19 et attaque mondiale: Quand la menace sur la liberté d’expression a des répercussions dangereuses sur la crise de santé publique

samedi, 23 octobre 2021 11:30 Nicole Ricci Minyem

Tel est du moins le point de vue partagé par Amnesty International qui ajoute dans l’une de ses tribunes publiée il y’a quelques jours que lesdites “ Attaques sont imputables aux gouvernements, associées au flux de mésinformation qui a déferlé sur le monde en cette période de pandémie de COVID-19…”.

 

Dans son rapport publié le 19 octobre 2021, l’Ong relève entre autres que cet état de choses prend une ampleur démesurée et impacte fortement “ Sur la capacité des personnes à avoir accès en temps voulu, à des informations exactes pour les aider à faire face à une crise sanitaire mondiale en plein essor”. 

 

Le rapport intitulé “Parole muselée et mésinformation. La liberté d’expression menacée pendant la pandémie de Covid-19” révèle en outre comment le fait que les gouvernements et les autorités se soient appuyés sur la censure et la sanction tout au long de la crise a réduit la qualité de l’information parvenant aux citoyen·ne·s…

 

Rajat Khosla, directeur des recherches, du plaidoyer et de la politique à Amnesty International écrit à cet effet qu’: “Au fil de la pandémie, les gouvernements ont lancé une offensive sans précédent contre la liberté d’expression, restreignant fortement les droits des populations. 

 

Les moyens de communication sont pris pour cibles, les réseaux sociaux censurés et des médias fermés, ce qui a de graves répercussions sur la capacité des citoyen·ne·s à accéder à des informations vitales sur la manière de réagir face au COVID-19…

 

En pleine pandémie, des journalistes et des professionnel·le·s de santé ont été réduits au silence et emprisonnés. De ce fait, des personnes n’ont pas pu accéder aux informations sur le Covid -19, notamment sur la manière de se protéger et de protéger leurs communautés. 

 

Environ cinq millions de personnes ont perdu la vie du fait de la pandémie de COVID-19 et le manque d’informations a sans doute été un facteur contributif…”.

 

Exemples de quelques pays ayant réduit les Hommes des médias au silence 

 

La journaliste citoyenne Zhang Zhan s’est rendue à Wuhan en février 2020 pour rendre compte de l’épidémie de Covid-19. Elle a disparu dans la région de Wuhan en mai 2020. On a appris par la suite qu’elle avait été arrêtée par la police, inculpée d’avoir “cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public” et condamnée à quatre ans de prison. 

 

Au cours de ces dernières années, le gouvernement tanzanien a adopté toute une série de lois dont il se sert pour réduire au silence les journalistes, les défenseur·e·s des droits humains et les membres de l’opposition politique. 

 

Sous le régime de l’ancien président John Magufuli, le gouvernement a adopté une position de déni à l’égard du Covid-19. De mars à mai 2020, il s’est appuyé sur des lois interdisant et érigeant en infraction les “fausses informations” et sur d’autres mesures pour restreindre la couverture médiatique de sa gestion de la pandémie.

 

Au Nicaragua, les autorités ont tout d’abord tenté de minimiser l’impact de la pandémie et d’intimider celles et ceux qui faisaient part de leur inquiétude. 

 

Puis, elles se sont servies du Covid-19 pour adopter la Loi spéciale relative à la cybercriminalité, en octobre 2020. Dans la pratique, cette loi leur permet de sanctionner les personnes qui critiquent la politique gouvernementale et leur donne toute latitude pour réprimer la liberté d’expression.

 

En avril 2020, la Russie a étendu sa législation existante contre les "fausses informations” et prévu des sanctions pénales pour “diffusion publique de fausses informations en connaissance de cause” dans une situation d’urgence. 

 

Bien que ces modifications aient été présentées comme s’inscrivant dans la réponse des autorités à la pandémie de Covid -19, ces mesures resteront en vigueur au-delà de la pandémie”.

 

Dans le même document, Rajat Khosla ajoute qu’: “ Il est clair que les restrictions liées à la liberté d’expression ne sont pas seulement des mesures extraordinaires circonscrites dans le temps, pour faire face à une crise ponctuelle. 

 

Elles s’inscrivent dans le cadre de l’offensive contre les droits humains que l’on voit à l’œuvre dans le monde depuis quelques années - Les gouvernements ayant trouvé une nouvelle excuse pour intensifier leur attaque contre la société civile…

 

Il est dangereux de restreindre la liberté d’expression et cela ne doit pas devenir la nouvelle normalité. Les gouvernements doivent lever de toute urgence ces restrictions et garantir la libre circulation des informations, afin de protéger le droit à la santé des populations”.

 

L’importance de disposer d’une multitude de sources d’informations

 

“Tandis que nous engageons les gouvernements et les compagnies pharmaceutiques à faire en sorte que les vaccins soient distribués et disponibles pour chacun·e partout dans le monde, les États et les entreprises qui gèrent les réseaux sociaux doivent veiller à ce que la population ait librement accès à des informations exactes et fondées sur des éléments factuels, en temps utile – une mesure cruciale pour limiter la réticence à la vaccination induite par la mésinformation…

 

Jusqu’à présent, 6,52 milliards de doses ont été administrées au niveau mondial, mais seuls 2,5 % des habitant·e·s des pays à faible revenu ont reçu au moins une dose. 

 

L’année se terminant dans moins de 75 jours, nous appelons les États et les entreprises pharmaceutiques à changer radicalement de politique et à faire le nécessaire pour fournir à partir d’aujourd’hui 2 milliards de doses de vaccin aux pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire inférieur. Toutefois, les habitant·e·s de ces pays ont besoin d’informations sûres et fiables pour les aider à prendre des décisions éclairées", renseigne le document.

 

Au final, 

 

Amnesty International demande aux États de cesser d’invoquer la pandémie comme prétexte pour empêcher la diffusion d’informations indépendantes, de lever toutes les restrictions injustifiées du droit à la liberté d’expression et de fournir des informations crédibles, fiables et accessibles destinées à informer pleinement la population au sujet de la pandémie. 

 

La censure ne permet pas de lutter contre la mésinformation, contrairement à des médias libres et indépendants et à une société civile forte.

 

Elle appelle les États et les entreprises pharmaceutiques à proposer deux milliards de doses de vaccin aux personnes qui en ont besoin maintenant, afin de pouvoir atteindre l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) visant à vacciner 40 % de la population des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur d’ici la fin de l’année.

 

N.R.M

Leave a comment

Il a été interpellé sur le sujet vendredi dernier, lors des questions orales qui ont meublé la plénière de ce jour. Les…

Agenda

«December 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031