28/05
Au Mali, l’imam Dicko critique « l’arrogance » de la junte et “l’orgueil” de la…
28/05
Au Sénégal, détresse et consternation après la mort de onze bébés dans un hôpital de…
28/05
Guerre en Ukraine: Scholz et Macron demandent à Poutine des "négociations directes sérieuses" avec Zelensky
28/05
Commune de Kekem: Les comptes administratif du Maire, de gestion du Receveur Municipal et gestion…
28/05
Serge Aimé Bikoï: “Le business du gouvernement camerounais met sous le boisseau la dignité humaine”
28/05
Dieudonné ESSOMBA: “ Vous ne pouvez pas défendre l'Etat unitaire et en même temps, lutter…
28/05
Minjec: Les responsables bientôt en camp de réarmement moral
28/05
Jeunes et dossiers de montage des projets: Comment s’y prendre?
27/05
Sécurité alimentaire : Comment Kinder et Buitoni peuvent-ils rebondir après leur scandale sanitaire ?
27/05
Convention Sinosteel S.A: Les populations de la Lobé et Campo rédigent une pétition
27/05
Déguerpissement des populations à Douala: Cabral Libii demande à l’Etat de restituer les terres aux…
27/05
Eliminatoires CAN 2023: voici la liste définitive des Lions indomptables convoqués par Rigobert Song
27/05
Le correspondant de Bbc afrique Frederick Takang kidnappé à Bamenda est libre
27/05
Réhabilitation du CHU de Yaoundé: Qu’est ce qui cause les lenteurs dans les travaux?
27/05
Conseil National de l’Ordre des Médecins: Le ministre de la Santé Publique une large consultation…
27/05
Modeste Mopa Fatoing: “Que cette épreuve soit pour vous, une épreuve de renaissance, de remise…
27/05
Déguerpissement des populations : les Sawas ont manifesté à Douala
25/05
Coopération Sanitaire: Le Cameroun et les États-Unis main dans la main pour améliorer l’offre en…
25/05
Douala: le corps sans vie d’un jeune homme découvert dans un immeuble au quartier Bilongue
25/05
Séjour privé de Paul Biya en Europe : Le gouvernement recadre Jean-Baptiste Placca
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Coronavirus
  • Coronavirus : La vaccination protège-t-elle du Covid long ?

Coronavirus : La vaccination protège-t-elle du Covid long ?

vendredi, 13 mai 2022 12:51 Nicole Ricci Minyem

J30. J60. J90. Il y a deux ans, au début de la pandémie, les premiers témoignages de personnes contaminées par le coronavirus ressentant encore des symptômes de la maladie plusieurs semaines après avoir contracté le coronavirus se multiplient sur les réseaux sociaux. 

 

Des patients souvent jeunes, qui ont au départ développé une forme légère à modérée du virus et dont le mal persistant va vite porter un nom : le Covid long. Ou quand la maladie semble faire de la résistance dans l’organisme alors même qu’il n’abrite plus le virus.

Si les vaccins anti-Covid ont une capacité modérée à empêcher la transmission du virus, en particulier face au variant Omicron, qui est associé à un échappement immunitaire, on sait toutefois qu’ils protègent des formes graves de la maladie. 

Et ce n’est pas tout : selon plusieurs études scientifiques récemment publiées, la vaccination réduirait les risques de développer un Covid long. Et après une infection, elle pourrait atténuer les symptômes persistants.

Un effet protecteur observé

Au Royaume-Uni, l’Agence de sécurité sanitaire a passé au crible les résultats de huit études publiées sur le sujet. Selon six d’entre elles, les personnes vaccinées contre le Covid-19 qui ont ensuite été infectées par le virus sont moins susceptibles que les personnes non vaccinées de développer un Covid long. Mais dans des proportions qui varient de l’une à l’autre.

Une étude observationnelle américaine menée sur les dossiers électroniques de patients de la US Veterans Health Administration conclut ainsi que le risque de présenter des symptômes six mois après l’infection est réduit de 13 % chez les patients Covid vaccinés, comparés aux patients Covid non vaccinés.

Une étude britannique, menée sur un échantillon d’environ 1,2 million de personnes, rapporte quant à elle, un risque réduit de 50 % chez les patients vaccinés de présenter symptômes persistants. Une autre, qui n’a pas été validée par ses pairs, conclut à un risque réduit de 41 %.

“Ces résultats disparates ne sont pas surprenants, dans le sens où les scientifiques ne prennent pas tous les mêmes critères et symptômes pour définir ce qu’est le Covid long”, explique à 20 Minutes Dr Benjamin Davido, infectiologue et médecin référent de crise Covid-19 à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches.

Une protection qui n’est pas aussi forte selon l’âge

“Chez les moins de 40 ans, la tranche d’âge la plus touchée par le Covid long, on note une tendance protectrice du vaccin, qui n’est cependant pas évidente à évaluer pour cette catégorie de patients qui font le plus souvent des formes peu ou pas symptomatiques de la maladie. 

Ce qui est intéressant par ailleurs, c’est que les études montrent qu’une vaccination à deux doses réduit de 40 % les risques de Covid long et de séquelles chez les plus de 60 ans, alors que c’est une tranche d’âge qui est plus susceptible de développer des formes graves de la maladie, nécessitant une hospitalisation et qui laissent des séquelles, ce qui en fait à mon sens une autre forme de Covid long, détaille l’infectiologue. On voit ainsi que la vaccination apporte une protection – intéressante mais pas totale – contre les séquelles et les effets persistants du virus”.

Un effet bénéfique sur les formes longues déjà déclarées

Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), 20 % des patients Covid en France ressentent encore des symptômes cinq semaines après leur contamination. Et un sur dix souffrait d’un Covid long trois mois après l’infection. 

“J’ai des patients qui ont été contaminés au début de la pandémie et qui décrivent encore des symptômes persistants tels que fatigue, essoufflement, brouillard cérébral et autres douleurs”, confie le Dr Davido.

Plusieurs facteurs expliqueraient ce phénomène. « Une virémie élevée, c’est-à-dire la présence de virus dans le sang, est associée à un risque accru de récidive et de Covid long, ainsi que la présence d’autoanticorps qui vont être dirigés contre l’organisme, mais peu d’anticorps protecteurs malgré l’infection, poursuit l’infectiologue. 

Or, la vaccination va stimuler la production d’anticorps et permettre ainsi de neutraliser le passage du virus dans le sang, en réactivant le virus latent dans l’organisme. Elle vient ici soutenir la mémoire immunitaire de l’organisme déjà infecté et permet ainsi d’atténuer voire mettre fin aux symptômes persistants”. 

Agir le plus tôt possible

Mais dans ce cas, mieux vaut ne pas traîner. Une autre étude américaine pré publiée, menée par la Covid Patient Recovery Alliance sur les dossiers d’environ 240.000 patients infectés par le coronavirus en mai 2021, révèle que les personnes qui ont reçu leur première dose de vaccin après avoir contracté le coronavirus étaient moins susceptibles de développer un Covid long que les non vaccinées et logiquement, plus tôt elles reçoivent leur injection après l’infection, plus le risque de symptômes persistants est faible. 

“Mieux vaut ne pas trop attendre pour mettre en place une prise en charge, confirme le Dr Davido. J’ai une patiente qui garde des séquelles de son infection et qui n’est pas vaccinée. Or, la vaccination pourrait chez elle permettre une clairance du virus dans ses organes, elle qui a peu d’anticorps. 

La vaccination doit rester au cœur de notre stratégie de lutte anti-Covid, c’est un outil précieux mais qui, comme les médicaments, n’est pas efficace à 100 % : il y a des gens chez qui elle marche et d’autres non. Ce qui est sûr, c’est que plus la prise en charge du Covid long est tardive, plus les effets persistants seront difficiles à combattre”.

 

N.R.M

Leave a comment

Le premier sommet Russie-Afrique se tiendra le 24 octobre 2019 dans le Sirius Park of Science and Art sous la coprésidence de…

Agenda

«May 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031