25/06
Fiscalité : La nouvelle taxe sur les associations a déjà rapporté 500 millions au Cameroun
25/06
Classement FIFA de juin : Le Cameroun perd une place en occupant la 38ème place
25/06
Hydrocarbures : Le bénéfice de la CSPH chute de 72,1% en 2021
25/06
Utilisation responsable des médias sociaux : La firme américaine Meta lance au Cameroun son programme…
24/06
SDF : le président régional en Allemagne Joseph Wanko quitte le parti
24/06
Election de Samuel Eto’o à la Fecafoot : le Tribunal arbitral du sport reporte pour…
23/06
Redressement fiscal: le PDG du Groupe L’Anecdote annonce le paiement de 1 700 000 000…
23/06
Social Democratic Front : Les tensions persistent
23/06
Dette publique: la mairie d’Ebolowa sous scellée par la Cnps
23/06
Corruption: la Conac enquête sur l'affaire Glencore
22/06
Un répétiteur arrêté après avoir violé sept fillettes à l'Ouest
22/06
Le Comité transitoire du football professionnel réclame 350 millions de F à la Fecafoot
22/06
Corruption: la Snh nie son implication, Glencore plaide coupable
21/06
Me Joseph Claude Billigha: Cadendes Poétiques
21/06
Honorable François Biba: “ Ma tête chauffe et bientôt explosera car la musique au Cameroun…
21/06
Mondial 2022 : les relations sexuelles hors mariage interdites au Qatar sous peine de prison
21/06
Fraude fiscale en Espagne: condamné à 22 mois de prison, Samuel Eto'o Fils s'explique
21/06
Ordre des avocats du Cameroun: Me Eric Mbah Mbah est le nouveau bâtonnier
21/06
Cameroun : Quotidien difficile des personnes drépanocytaires
21/06
Enregistrement des faits d’état civil : Le Bunec sensibilise les autorités traditionnelles à Garoua
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Politique
  • Coopération : Une mission conjointe UE-ONU reçue par le premier ministre

Près de 200 camerounais quittent les rangs des jihadistes Boko Haram

vendredi, 15 février 2019 08:39 Otric N.

Les autorités ont annoncé ce jeudi le retour volontaire de près de 200 camerounais anciens membres du groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans leur pays depuis le Nigeria.

 

Originaires du département du Mayo Sava, dans la région de l’Extrême-Nord, 187 ex-jihadistes sont pour la plupart rentrés à pied du Nigeria voisin et se sont rendus aux autorités des villes de Kolofata et Mémé. Mercredi, ils ont été amenés à la base de la Force mixte multinationale (FMM) mise en place par le Nigeria, le Cameroun, le Tchad et le Niger pour lutter contre Boko Haram, né au Nigeria, mais qui opère régulièrement dans ses pays frontaliers.

Selon l’AFP, "ils ne courent aucun danger, aucun risque, au contraire, tout sera mis en œuvre pour les resocialiser, leur inculquer l’esprit du patriotisme, du civisme", a déclaré le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari.

Un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des anciens jihadistes de Boko Haram a été mis en place pour leur permettre de reprendre une vie normale. L'objectif est clair : offrir à ceux qui acceptent de déposer les armes de retourner à la vie civile. Le comité mis en place par le président camerounais prévoit que les armes soient collectées, les anciens combattants cantonnés et accompagnés, notamment dans des programmes de déradicalisation.

Un millier de ces ex-jihadistes sont rentrés au Cameroun depuis un appel en ce sens lancé il y a un an par le président Paul Biya, selon des sources militaires. La semaine dernière, environ 200 d'entre eux, parmi lesquels des enfants de moins de 15 ans, avaient déjà été amenés au camp de la FMM de Mora.

Après des enquêtes pour tenter de s'assurer qu'ils ont définitivement rompu les liens avec Boko Haram, ces ex-jihadistes seront transférés dans la localité de Mowouré, dans l’Extrême-Nord, où un terrain de 13 hectares leur a été alloué.

Des habitants de Mora n'ont pas caché leur inquiétude, "car certains ex-combattants regagnent directement leurs familles et commettent des exactions ou des vols avant de (se) fondre dans la nature", s’est offusqué l'un d'eux, Ousmane Djouba. L'Extrême-Nord est régulièrement la cible d'attaques de Boko Haram depuis plusieurs années. Si la fréquence des attaques jihadistes du côté camerounais a baissé ces derniers mois, elles restent nombreuses dans le nord-est nigérian.

Fin janvier, trois civils ont été tués lors de l'attaque d'une localité de l'Extrême-Nord, Manguirlda, imputée à des jihadistes de Boko Haram qui voulaient enlever des prêtres occidentaux. Depuis son apparition il y a neuf ans, Boko Haram, actif dans les pays frontaliers du lac Tchad (Nigeria, Cameroun, Niger et Tchad), a provoqué la mort d'au moins 20.000 personnes.

Otric N.

Leave a comment

Le Cameroun se joint au reste de la communauté internationale ce mardi 19 novembre 2019, pour célébrer en synergie la 7e édition…

Agenda

«June 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   






Sunday, 05 June 2022 11:01