27/07
Mrc : Quand le choix politique de Michèle Ndocki pousse Mamadou Mota dans ses derniers…
27/07
Appropriation de l’outil informatique : L’IAI-Cameroun encourage les jeunes de la région du Nord
27/07
Réduction de la mortalité maternelle et infantile : 250 000 chèques atteints dans le Nord…
27/07
JO Tokyo 2020: élimination en série pour la team Cameroun
27/07
Jeux Olympiques de Tokyo : Quelques résultats en cette mi journée
27/07
Carrière: Valérie Ayena, la Miss Cameroun 2013 bientôt au cinéma aux côtés d’Epule Jeffrey
27/07
Jean De Dieu Momo: «La BAS a été créée dans le MRC»
27/07
Affaire Nourane Foster: le Parti de Cabral Libii va écrire au président de la République
27/07
MRC: le général Valsero menace Michelle Ndocki
27/07
Tirage au sort de la CAN 2021: Samuel Eto'o, Yaya Toure, Georges Weah et Didier…
27/07
Douala: quatre présumés trafiquants d’ossements humains aux arrêts
27/07
Cameroon: Limbe Fire leaves 25 families, including IDPs homeless
27/07
Coopération : L'Allemagne construit deux postes frontières au profit de la police camerounaise
27/07
Région du Sud : 5 chefs traditionnels dans le collimateur de la justice pour exploitation…
27/07
Apurement de la dette : L’ART envisage la saisie des comptes de l'entreprise Nexttel
27/07
Terrorisme: Cinq militaires, un civil tués dans une nouvelle attaque de Boko Haram à Zigue
26/07
Tokyo 2020 Olympics: One of Cameroon’s medal hopeful, Wilfried Seyi knocked out
26/07
Far North: Population on run after fresh deadly Boko Haram attack in Sagmé
26/07
Far North: Boko Haram, military confrontation claims at least 15 lives
26/07
Attaques terroristes à l’Ouest Cameroun : Un nouveau dispositif sécuritaire envisagé
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Politique
  • Près de 200 camerounais quittent les rangs des jihadistes Boko Haram

Près de 200 camerounais quittent les rangs des jihadistes Boko Haram

vendredi, 15 février 2019 08:39 Otric N.

Les autorités ont annoncé ce jeudi le retour volontaire de près de 200 camerounais anciens membres du groupe jihadiste nigérian Boko Haram dans leur pays depuis le Nigeria.

 

Originaires du département du Mayo Sava, dans la région de l’Extrême-Nord, 187 ex-jihadistes sont pour la plupart rentrés à pied du Nigeria voisin et se sont rendus aux autorités des villes de Kolofata et Mémé. Mercredi, ils ont été amenés à la base de la Force mixte multinationale (FMM) mise en place par le Nigeria, le Cameroun, le Tchad et le Niger pour lutter contre Boko Haram, né au Nigeria, mais qui opère régulièrement dans ses pays frontaliers.

Selon l’AFP, "ils ne courent aucun danger, aucun risque, au contraire, tout sera mis en œuvre pour les resocialiser, leur inculquer l’esprit du patriotisme, du civisme", a déclaré le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari.

Un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des anciens jihadistes de Boko Haram a été mis en place pour leur permettre de reprendre une vie normale. L'objectif est clair : offrir à ceux qui acceptent de déposer les armes de retourner à la vie civile. Le comité mis en place par le président camerounais prévoit que les armes soient collectées, les anciens combattants cantonnés et accompagnés, notamment dans des programmes de déradicalisation.

Un millier de ces ex-jihadistes sont rentrés au Cameroun depuis un appel en ce sens lancé il y a un an par le président Paul Biya, selon des sources militaires. La semaine dernière, environ 200 d'entre eux, parmi lesquels des enfants de moins de 15 ans, avaient déjà été amenés au camp de la FMM de Mora.

Après des enquêtes pour tenter de s'assurer qu'ils ont définitivement rompu les liens avec Boko Haram, ces ex-jihadistes seront transférés dans la localité de Mowouré, dans l’Extrême-Nord, où un terrain de 13 hectares leur a été alloué.

Des habitants de Mora n'ont pas caché leur inquiétude, "car certains ex-combattants regagnent directement leurs familles et commettent des exactions ou des vols avant de (se) fondre dans la nature", s’est offusqué l'un d'eux, Ousmane Djouba. L'Extrême-Nord est régulièrement la cible d'attaques de Boko Haram depuis plusieurs années. Si la fréquence des attaques jihadistes du côté camerounais a baissé ces derniers mois, elles restent nombreuses dans le nord-est nigérian.

Fin janvier, trois civils ont été tués lors de l'attaque d'une localité de l'Extrême-Nord, Manguirlda, imputée à des jihadistes de Boko Haram qui voulaient enlever des prêtres occidentaux. Depuis son apparition il y a neuf ans, Boko Haram, actif dans les pays frontaliers du lac Tchad (Nigeria, Cameroun, Niger et Tchad), a provoqué la mort d'au moins 20.000 personnes.

Otric N.

Leave a comment

Le ministre camerounais des Finances (Minfi) a sollicité le dépistage du siège de la direction générale des Douanes (DGD) à Yaoundé, ainsi…

Agenda

«July 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031