20/05
Fête de l'unité: le Chef de l'État préside la grande parade au Boulevard du 20…
19/05
Jean Michel Nintcheu: Joshua Osih «est un sous-traitant corrompu du RDPC au sein du SDF»
19/05
Fête de l’unité: le SDF Centre veut boycotter le défilé
18/05
Cameroun : Le Gouvernement en discussion avec les entreprises en vue de l'augmentation du Smig
18/05
Recettes des péages routiers : Le Cameroun mobilise 2,1 milliards de FCFA de recettes au…
18/05
Emprunt obligataire 2022 : Le Cameroun disposé à mobiliser plus que les 200 milliards de…
18/05
Exportations vers la RCA : Le Cameroun clarifie sa décision de renforcer les contrôles
18/05
Fête de l'Unité: l'usage du téléphone interdit durant le défilé
17/05
Expropriation des terres à Bali: les chefs duala en colère écrivent aux autorités
17/05
Opération de déguerpissement: Me Christian Ntimbane Bomo condamne ce qui se passe à Douala
17/05
Région de l'Extrême-Nord : Plus de 100 nouveaux déplacés internes enregistrés à Mokolo selon l'ONU
17/05
Humanitaire : Yannick Noah s’engage dans la lutte contre le paludisme
16/05
Owona Nguini trouve incroyable l’analyse de Dieudonné Essomba sur la crise anglophone
16/05
Le président de la Conférence épiscopale du Cameroun Mgr Andrew Nkea demande la libération de…
16/05
Journée Internationale de la Paix et du Vivre Ensemble: Unis dans la différence et dans…
16/05
Migration vers les farines locales: Les femmes de Yaoundé 5 se forment
16/05
Ni Courtisan Ni Flagorneur: Le pouvoir du Verbe et de la Verve
15/05
Crise anglophone: deux redoutables factions d’Ambazoniens annoncent le blocage de l’axe Mamfe-Ekok
15/05
Célestin Bedzigui : «les députés de l'opposition à l'Assemblée nationale sont-ils au niveau?»
14/05
Court séjour privé: le président de la République a quitté Yaoundé
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Economie
  • Lutte contre la corruption : le Cameroun fait du sur place au classement Transparency International

Lutte contre la corruption : le Cameroun fait du sur place au classement Transparency International

mardi, 29 janvier 2019 18:44 Liliane N.

 

Le pays est classé 152ème sur 180 pays et conserve le score de 25/100 selon le rapport sur l’indice de perception de corruption 2018, publié ce 29 janvier par l’organisation non gouvernementale internationale d'origine allemande ayant pour principale vocation la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales mondiaux.

Une place gagnée, par contre aucune progression observée au niveau de la lutte contre la corruption au Cameroun. D’ailleurs, les chiffres le montrent à suffisance: 25/100 en 2017 et en 2018. Un score inchangé qui est justifié de manière globale par la faiblesse des institutions démocratiques de certains pays, selon la présidente de l’Organisation non gouvernementale (ONG) Transparency International, Delia Ferreira Rubio: «La corruption est davantage présente dans les pays où les fondations démocratiques sont faibles, comme on l’a vu dans certaines nations où les populistes peuvent l’utiliser à leur avantage».

Dans le classement publié par Transparency, l’Azerbaïdjan, le Cameroun, Madagascar et le Nicaragua ont la même moyenne et occupent la même place. A la différence que le premier a perdu six points, Madagascar a gagné un point et le Nicaragua en a perdu un, par rapport à l’année dernière.

En revanche, la Côte d’Ivoire et le Sénégal ont évolué, d’après le même rapport. La Côte d’ivoire baisse d’un point par rapport à l’année dernière, mais gagne deux places cette année et réussit à occuper la 105ème place avec 35 points. Tandis que le Sénégal gagne un rang et une place et se glisse à la 67ème position.

La pratique de la corruption au Cameroun a la peau dure malgré la mise en place des structures camerounaises de lutte contre la corruption, telles que la Commission nationale anti-corruption (Conac) et l’Agence nationale d’investigation financière (Anif).

Les incidences politiques et économiques de la corruption au Cameroun sont nombreuses. Ce fléau est un véritable obstacle à la bonne marche des affaires publiques et freine considérable les affaires privées, et donc le développement économique.

Au niveau politique, la corruption au Cameroun entache la légitimité des gouvernements en renversant les processus officiels. Elle participe considérablement à l’affaiblissement des institutions. De cette brèche naît une inégalité dans la prestation des services publics au citoyen. On assiste à la suspension pure et simple de la primauté du droit dans la marche des administrations publiques. Les procédures sont délaissées. Les ressources sont affectées à d’autres emplois que ceux initialement prévus. Le recrutement et la promotion des fonctionnaires se basent sur des considérations autres que le mérite et les compétences.

Au niveau économique, la corruption agit négativement sur le climat des affaires, donc l’investissement (étranger et national) et in fine, sur la croissance économique. Elle participe également à la prolifération du secteur informel terreau de l’insécurité économique. Car elle décourage les entrepreneurs ne pouvant pas payer la taxe « spécial corruption ». Dès lors, elle réduit la compétitivité et l’efficacité de l’économie camerounaise en érigeant des obstacles artificiels. En témoigne les résultats d’une enquête menée en 2008 ou 76% de 1052 entreprises interrogées, affirmaient que la corruption avait eu un impact négatif sur leurs activités. Alors que 49 % reconnaissaient avoir versé des pots de vin aux agents des impôts.

Liliane N.

Leave a comment

Au 31 décembre 2019, le taux de croissance du Produit intérieur brut(PIB) pour ce qui est de la zone Cemac oscille finalement…

Agenda

«May 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031