26/01
Conflit Ukraine-Russie : « Si l’escalade continue, on risque le plus important conflit terrestre depuis…
26/01
Drame d’Olembe: Les Lions indomptables apportent un réconfort moral aux victimes
26/01
Fake News et accusations farfelues contre le Cameroun: Samuel Eto’o Fils siffle la fin de…
26/01
Incendie du Liv’s Night Club: le Chef de l’Etat Paul Biya présente ses condoléances aux…
26/01
Bousculade à l’entrée sud du stade Olembe: le président de la République adresse ses condoléances…
25/01
CAN 2021: la CAF décide de délocaliser les matches programmés au stade Olembe après la…
25/01
Match Cameroun-Comores: les Lions indomptables se qualifient pour les quarts de finale
25/01
Bousculade à l’entrée sud du stade Olembe: le président de la République instruit l'ouverture d'une…
25/01
Mindef: “ Unité et cohésion nationales comme facteurs de puissance!!!
25/01
Bousculade à Olembe: Quelques témoins racontent la scène
25/01
Coup d’état au Burkina Faso: Le président Roch Marc Christian Kaboré renversé par les militaires
24/01
Lutte contre les dérives : Le Minfi se débarrasse des personnes utilisées dans ses directions…
24/01
Crise anglophone : Une dizaine de travailleurs de la CDC libérés
24/01
CAN 2021 : Super favori, le Nigéria tombe devant la Tunisie aux 8èmes de finale
24/01
Incendie au Livs Night-Club : Selon l'honorable Cabral Libii, l'opinion doit être informée des véritables…
24/01
Can TotalEnergies 2021: Tom Saintfiet se plaint des conditions de prises en charge de son…
24/01
Joseph Antoine Bell: “ Les algériens ne sont pas venus pour gagner”
23/01
Drame: un incendie dans une boîte de nuit à Yaoundé fait des morts et des…
23/01
Francis Ngannou conserve son titre de champion du monde poids lourds
22/01
Sortie de faillite : La Cicam a besoin de 48 milliards de F CFA
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Economie
  • La crise anglophone et les conséquences sur les entreprises Camerounaises

La crise anglophone et les conséquences sur les entreprises Camerounaises

vendredi, 27 juillet 2018 09:41 Mfoungo

Le maire de Buea, capitale de la région du Sud-Ouest secouée depuis bientôt deux ans par une crise socio-politique, avait fait apposer des scellés sur les portes des entreprises qui ferment boutique chaque lundi, pour respecter la consigne de « ville morte » décidée par le mouvement sécessionniste anglophone. Il est finalement revenu sur cette décision.Soulagement chez les opérateurs Orange, MTN et Nexttel. Au terme d’une longue concertation, Patrick Ekema Esunge, le maire de la ville de Buea, a décidé dans l’après-midi du 25 juillet de lever les scellés qu’il avait fait apposer deux jours plus tôt aux portes des locaux desdites entreprises. La veille, les agences bancaires de la Bicec (groupe BPCE) et d’Ecobank Cameroun étaient autorisées à rouvrir, en cette période de paiement des salaires des agents publics. La sanction avait touché une centaine d’entreprises, des PME pour la plupart, dont les bureaux se trouvent sur la principale avenue de capitale de la région du Sud-Ouest, et à qui le maire reproche de n’avoir pas ouvert leurs portes le lundi 23 juillet, souvent par peur de représailles de la part des sécessionnistes qui imposent une journée ville morte au début de chaque semaine dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.Peur des représaillesLes opérateurs économiques doivent remplir deux conditions pour bénéficier de la mansuétude de l’édile : « Elles doivent signer un engagement de ne plus recommencer et payer l’impôt libératoire que certaines n’ont pas acquitté depuis deux ans au moins », expose Patrick Ekema, contacté par Jeune Afrique. Un comportement insupportable pour Patrick Ekema qui estime que ces opérateurs économiques font le jeu des « bandits ». « J’ai pourtant tenu une réunion de sensibilisation il y a deux semaines, en compagnie des responsables du maintien de l’ordre, pour leur donner des assurances quant à la sécurité de leurs installations. Constatant qu’ils ont respecté le mot d’ordre de ville morte la semaine dernière, j’ai rédigé un communiqué de rappel. Cette fois, je leur impose aussi la ville morte », martèle-t-il. Les assurances du maire ne semblent pas convaincre des entreprises prises entre le marteau sécessionniste et l’enclume de l’autorité municipale. D’autant que Patrick Ekema avait déjà usé de la même démarche il y a cinq mois. « Nos employés et leur famille font l’objet de menaces permanentes dans leur lieu d’habitation où les gendarmes et les militaires ne peuvent les protéger. La pression est telle que certains vivent dans un stress permanent et beaucoup exigent d’être affectés hors de ces régions », confie sous anonymat un cadre d’un opérateur de téléphonie.Les taxis bientôt concernés ?« Depuis deux ans, une dizaine de mes collaborateurs ont été kidnappés, sans compter les pertes financières enregistrées du fait de la baisse d’activité », renchérit le responsable d’une entreprise spécialisée dans la finance. Des arguments loin de toucher le maire qui a l’intention de s’attaquer à une autre cible. « Si les taximen continuent de respecter le mot d’ordre des sécessionnistes, j’enverrai les véhicules à la fourrière la semaine prochaine », tranche-t-il. La crise sociopolitique, sur fond de revendications sécessionnistes, qui affecte le Cameroun anglophone depuis bientôt deux années impacte sérieusement l’économie de ces deux régions. « Les pertes d’activités sont importantes. Elles atteignent 5 % pour certains établissements bancaires et jusqu’à 50 % pour des entreprises de distribution », faisait récemment valoir le président du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), Célestin Tawamba.
Download attachments:

Leave a comment

Le 16 septembre 2019, le Président Paul Biya a, par décrets distincts, renouvelé le mandat de quatre de ses membres et nommé…

Agenda

«January 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31