20/05
Fête de l'unité: le Chef de l'État préside la grande parade au Boulevard du 20…
19/05
Jean Michel Nintcheu: Joshua Osih «est un sous-traitant corrompu du RDPC au sein du SDF»
19/05
Fête de l’unité: le SDF Centre veut boycotter le défilé
18/05
Cameroun : Le Gouvernement en discussion avec les entreprises en vue de l'augmentation du Smig
18/05
Recettes des péages routiers : Le Cameroun mobilise 2,1 milliards de FCFA de recettes au…
18/05
Emprunt obligataire 2022 : Le Cameroun disposé à mobiliser plus que les 200 milliards de…
18/05
Exportations vers la RCA : Le Cameroun clarifie sa décision de renforcer les contrôles
18/05
Fête de l'Unité: l'usage du téléphone interdit durant le défilé
17/05
Expropriation des terres à Bali: les chefs duala en colère écrivent aux autorités
17/05
Opération de déguerpissement: Me Christian Ntimbane Bomo condamne ce qui se passe à Douala
17/05
Région de l'Extrême-Nord : Plus de 100 nouveaux déplacés internes enregistrés à Mokolo selon l'ONU
17/05
Humanitaire : Yannick Noah s’engage dans la lutte contre le paludisme
16/05
Owona Nguini trouve incroyable l’analyse de Dieudonné Essomba sur la crise anglophone
16/05
Le président de la Conférence épiscopale du Cameroun Mgr Andrew Nkea demande la libération de…
16/05
Journée Internationale de la Paix et du Vivre Ensemble: Unis dans la différence et dans…
16/05
Migration vers les farines locales: Les femmes de Yaoundé 5 se forment
16/05
Ni Courtisan Ni Flagorneur: Le pouvoir du Verbe et de la Verve
15/05
Crise anglophone: deux redoutables factions d’Ambazoniens annoncent le blocage de l’axe Mamfe-Ekok
15/05
Célestin Bedzigui : «les députés de l'opposition à l'Assemblée nationale sont-ils au niveau?»
14/05
Court séjour privé: le président de la République a quitté Yaoundé
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Economie
  • Economie : Nouvelles perspectives agricoles au Cameroun

Economie : Nouvelles perspectives agricoles au Cameroun

jeudi, 14 février 2019 08:38 Nicole Ricci Minyem

Greenpeace Afrique demande qu’un accent soit mis sur la promotion de l’agriculture traditionnelle et écologique

 

En 2018, les statistiques démontrent que le Cameroun a perdu plus de 9,000 milliards de FCFA à cause des importations de riz, de maïs, de sucre et de poisson. Et, la proposition de Greenpeace Afrique apparaît dès lors, comme une réponse aux attentes du gouvernement camerounais, qui veut booster la production locale.  

L’on n’a eu de cesse, au cours des dernières années, d’entendre parler d’une agriculture de seconde génération, qui va venir changer la donne et permettre aux travailleurs de la terre de mieux vivre des produits de leurs durs labeurs. Or, jusqu’à ce jour, rien n’a véritablement bougé et, dans les campagnes, en dehors de quelques particuliers, les agriculteurs continuent d’utiliser les dabas ainsi que des  machettes. Des outils qui leurs permettent juste de pratiquer une agriculture de survie.

 

Selon les déclarations de Sylvie Djacbou, Chargée de Campagne forêts chez Greenpeace Afrique : « Il est troublant qu’un pays doté d’énormes  potentiels pour l’agriculture écologique, importe des denrées alimentaires de base pour des milliards de FCFA au détriment de l’économie locale. Il est plus qu’urgent pour le ministère de l’Agriculture et du Développement rural de se ressaisir et d’abandonner cette dépendance… ».

 

Le Cameroun produit du riz dans les régions du Grand Nord, de l’Ouest et du Nord-Ouest, mais la demande nationale dépasse largement l’offre. Le chef de l’Etat lors du salon agro-pastoral tenu en 2011 a promis de réduire la dépendance excessive à l’égard des importations de produits alimentaires de base, mais il n’y a toujours pas de mesures pour promouvoir une agriculture durable au Cameroun.

 

Greenpeace Afrique estime que le dernier scandale offre l’opportunité de relancer et d’encourager les pratiques agricoles traditionnelles et écologiques. Cette forme d’agriculture qui va permettre au pays, d’exporter des produits alimentaires de base pendant de nombreuses années. Cette mesure vise en outre, à  renforce la sécurité alimentaire de même que la viabilité à long terme du secteur agricole camerounais.

 

La chargée de Campagne forêts chez Greenpeace Afrique estime par ailleurs que : « Depuis de nombreuses décennies, le gouvernement s’est contenté de belles paroles pour réduire les importations alimentaires et améliorer et moderniser le secteur agricole au Cameroun. Des initiatives gouvernementales comme la Société de Transformation du Manioc de Sangmelima (SOTRAMAS) ont été conçues pour stimuler la production locale, mais les Camerounais n’en voient encore aucune retombée.  Il serait préjudiciable et catastrophique pour le gouvernement de maintenir ce statu quo… ».

 

Nicole Ricci Minyem

Leave a comment

Comme une trainée de poudre, la nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux et autres médias ce dimanche, créant au sein…

Agenda

«May 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031