25/05
Coopération Sanitaire: Le Cameroun et les États-Unis main dans la main pour améliorer l’offre en…
25/05
Douala: le corps sans vie d’un jeune homme découvert dans un immeuble au quartier Bilongue
25/05
Séjour privé de Paul Biya en Europe : Le gouvernement recadre Jean-Baptiste Placca
25/05
Yaoundé: la réhabilitation du CHU prévue pour 10 mois, toujours pas achevée 6 ans après
25/05
Voici le nouveau secrétaire général par intérim de la Fecafoot
24/05
Hydrocarbures : Le Cameroun projette une baisse des recettes jusqu’en 2024
24/05
Assistance des réfugiés camerounais au Tchad : Le HCR recherche 58 milliards de FCFA
24/05
Etats-Unis: une camerounaise d’origine en voie d’être nommée par le président Joe Biden au ministère…
24/05
Convention minière accordée à Sinosteel : Gabriel Dodo Ndoke appelle les uns et les autres…
24/05
Dieudonné Essomba aux autorités : « Eviter dans toute politique foncière, de priver une Communauté…
24/05
Homosexualité : Certains ont-ils le droit et la liberté d’en parler plus que d’autres ?
24/05
Honneur et Fidélité : 20 mai 2022 : vague unitaire irrésistible
24/05
Abbé Jean Armel Bissi : “Des sources concordantes attestent que l’Abbé Emilien Messina n’est pas…
23/05
Covid-19 : Le Gouvernement camerounais craint une nouvelle flambée épidémique
23/05
Boycott de la tournée européenne de Grâce Decca : Le Pr Mathias Eric Owona Nguini…
23/05
Inflation au Cameroun : Vers un dépassement du seuil communautaire de 3% en 2022, selon…
23/05
Agriculture : Le Cameroun organise la collecte des données météorologiques pour booster les productions
23/05
Port autonome de Douala: Cyrus Ngo’o victime ou pas d‘une cabale judiciaire
23/05
Déguerpissement des populations à Douala: des familles auraient perçu de l'argent selon Boris Bertolt
23/05
Médias: un homme politique critique les productions de la CRTV

Orpaillage dans les mines Kana : Quand la forte présence des enfants inquiète

lundi, 28 juin 2021 13:42 Nicole Ricci Minyem

Ce sont des petits de tout âge, filles comme garçons qui se tiennent à côté de leurs parents et autres aînés dans la quête permanente de l’Or car de l’avis de nombreux observateurs, ils représentent une main d’œuvre importante    

 

Le phénomène a pris une telle ampleur qu’il en est devenu presque banal et ne semble plus retenir l’attention de quiconque ; Surtout pas celle des responsables des sites d’exploitation uniquement fascinés par l’appât du gain.

C’est ainsi qu’au détriment de leur instruction, avec ce que cela peut entraîner comme conséquences pour leur avenir, ce sont des centaines d’enfants qui descendent dans des trous béants, s’attelant durement à la tâche, alors que les salles de classe construites pour eux sont abandonnées au courant de l’année scolaire, aussi bien par les enseignants que par les élèves.

Les raisons évoquées sont de divers ordres     

Notamment dans l’un des sites d’exploitation de Kana ; Les parents de ce côté crient leur désespoir parce qu’ils sont aujourd’hui incapables d’assurer le salaire de la maîtresse recrutée pour transmettre le savoir aux enfants.

Une situation qui prévaut depuis qu’ils ont été « chassés » par les chinois, détenteurs des titres d’exploitation minière dans cette localité :

Giscard, habitant de Kana : « Nous allons encore parler, même si nous savons que cela ne servira pratiquement à rien mais, tout le monde sait que les Camerounais sont chassés de leurs sites par les chinois, avec la complicité de Yaoundé.

Chaque fois que nous avons osé nous plaindre, c’est la réponse que nous obtenons de ces chinois et aujourd’hui, ce sont nos enfants qui en pâtissent.

Oui, la maîtresse est partie parce que nous n’avons pas pu assurer son salaire. Comment pourrons-nous encore le faire, puisque nous n’avons plus de revenus ?

Dans le grappillage que nous faisons par ci, par là, nous parvenons à peine à nous nourrir et, pour ne pas rester comme ça, nos enfants nous ont retrouvés dans les trous et les plus petits travaillent dans les piscines que vous voyez devant nos maisons ».

Djibrill Assana, mineur et travailleur dans la mine de Kana : « Je suis élève au CMI et depuis que je suis tout petit, je travaille avec mes parents et mes grands frères dans les trous là bas pour chercher mon argent ;

J’ai 15 ans et je me suis arrêté dans cette classe parce qu’une fois, la toiture de la salle de classe est tombée sur nous ; Pendant longtemps, j’ai été malade et mes parents ont donné l’argent au guérisseur ici pour me soigner.

Ils n’avaient plus alors les moyens de me renvoyer à l’école et du coup, je suis venu aussi travailler dans les mines et je pars partout où on me dit qu’il y’a de l’or pour chercher mon argent… ».

Une existence consacrée au travail dans les mines, sur des raisons qui n’ont aucun fondement logique  

Djibrill Assana : « Non, je ne veux pas faire un autre travail et je veux ressembler aux aladjis qui viennent souvent nous demander de travailler pour eux et ils nous payent, selon ce que nous leur rapportons. Je sais qu’un jour, mes autres parents qui sont morts et qui ont aussi travaillé dans les mines vont me parler en rêve et m’indiquer des endroits et alors, je vais devenir très riche…».

Responsabilité sociale des entreprises exploitatrices des sites miniers

Ces dernières doivent en principe être inscrites dans les cahiers de charge que l’Etat confie aux exploitants miniers et pourtant, la réalité sur le terrain est toute autre, comme le relève Bernard Repélé, délégué Départemental de l’Environnement dans la Kadey : « Dans les cahiers de charge confiés aux exploitants miniers, il leur est demandé de construire un certain nombre d’infrastructures sociales mais malheureusement, rien n’est fait sur le terrain… ».

Violation criarde des Conventions de l’Organisation Internationale du Travail par rapport aux enfants

Notamment la Convention n° 138 de l'OIT qui définit l'âge minimum d'admission à l'emploi d’un enfant ; Mais plus encore la 182 qui décrie les pires formes du travail des enfants.  Les deux ont pourtant été ratifiées par le Cameroun et pourtant, elles sont allègrement violées, au vu et au su de tous, sans que ceux qui sont sensés veiller à leur application ne lève le petit doigt.

 

Nicole Ricci Minyem

 

 

Leave a comment

Après le GDN, certains émettent des doutes sur la mise en applications des résolutions sorties de ces assises. Ce sujet et bien…

Agenda

«May 2022»
MonTueWedThuFriSatSun
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031