16/06
Explosion à Beyrouth : Des ONGs réclament une enquête internationale à l’ONU
16/06
Crise sécuritaire : Deux policiers et deux gendarmes tués à Otu
16/06
Cybercriminalité : 05 personnes interpellées pour le piratage du numéro de téléphone du gouverneur de…
16/06
Grabuge autour du Scsi : Le MRC pointe un doigt accusateur contre le Gouvernement
16/06
Scandale du Baccalauréat : La ministre des Enseignements secondaires sur le banc des accusés
16/06
Cameroun : 100 milliards de FCFA de plus pour la lutte contre le Covid-19
16/06
Le Cameroun lance une campagne nationale de promotion du bois d'origine légale
16/06
Le procès du jeune interpellé pour outrage au chef de l’Etat est prévu le 17…
16/06
Football : La CAF confirme que c'est le Cameroun qui organise la CAN 2021
16/06
Agitation à l’ambassade du Cameroun à Bruxelles : Eric Jacquemin va devoir s’expliquer
15/06
Le gouvernement épinglé après les épreuves controversées du Baccalauréat ESG 2021
15/06
Médicaments illicites du Covid-19 : Les trafiquants semblent avoir le vent en poupe au Cameroun
15/06
Survie Cameroun : Le rapport de Christian Penda Ekoka qui enfonce Maurice Kamto
15/06
Crise anglophone : De présumés Ambaboys attaquent un poste de police à Muea (Sud-Ouest)
15/06
Don volontaire du sang : Plus de 70 poches de sang collectées à Garoua par…
15/06
Le chiffre d’affaires des PME camerounaises chute de 80% au 2nd semestre 2020
15/06
Cameroun-Loi de finances rectificative : Les explications du Directeur général du Budget
15/06
Investissements en Guinée Conakry : Le milliardaire camerounais Paul Kammogne Fokam honoré
15/06
Yaoundé : Les présumés auteurs du cambriolage de la Direction Générale des Impôts arrêtés
15/06
Cameroun : Les Unes des journaux ce 15 juin 2021
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Economie
  • Agro-Industrie
  • Au Cameroun, l'exploitation illégale de bois de grande valeur nuit aux communautés forestières autochtones

Au Cameroun, l'exploitation illégale de bois de grande valeur nuit aux communautés forestières autochtones

mardi, 04 mai 2021 12:35 Mfoungo

Les peuples autochtones vivant dans les communautés forestières sont maintenant confrontés aux conséquences inquiétantes de l'exploitation forestière illégale lorsque leurs sources de médicaments et leurs fermes sont dévastées.

 

Dans l'est du Cameroun, la Société Bois Africains du Cameroun (SBAC) et la Société Forestière de Bouraka (SFB), deux sociétés d'exploitation forestière commerciale, sont impliquées dans l'exploitation de bois précieux depuis l'acquisition des droits de concession en 2015 et 2004 respectivement.

Le 07 novembre 2019, le ministère camerounais des Forêts et de la Faune (MINFOF) a suspendu les deux sociétés pour l'exploitation forestière au-delà de leur base de coupe délimitée. Pourtant, le SBAC et le SFB détiennent respectivement l’Unité forestière d’aménagement (UFA) 10050 et 08006 traversant 17 villages dont Londjap, Nkoulkoua et Massea dans le district de Somalomo, dans le département du Haut Nyong, dans la région de l’Est, au Cameroun. Une carte interactive du Global Forest Watch montre que la région orientale du Cameroun se transforme en un foyer émergent de déforestation alors que les bûcherons industriels s'enfoncent profondément dans des régions biogéographiques critiques.

 

Sur la base des données de Global Forest Watch, en 2004, le Haut Nyong a perdu 892 hectares de forêt primaire, représentant 70 pour cent de son couvert arboré total au cours de la même période. Mais les données ont commencé à changer en 2020 lorsque 13,0 kilohectares de sa forêt primaire ont été perdus, couvrant 54 pour cent du couvert arboré de la région.

“Les forêts exploitées restent généralement dans un état déplorable. Vous avez déjà des arbres inutilisables qui ont été abattus ou défrichés par des machines. Vous avez de l'essence coupée et abandonnée dans la forêt, et la mauvaise utilisation des déchets de bois,” explique Emini Timothée, un jeune homme Baka, juriste à Okani, une organisation non gouvernementale qui promeut la protection des forêts des communautés autochtones.

 

Communautés laissées sans ressources

En tant que membre d'une communauté indigène Baka à l'est, Emini révèle que la forêt dans son essence joue deux rôles principaux pour les communautés locales et la planète entière. Premièrement, la régulation du climat, et deuxièmement, la production de plusieurs ressources nutritionnelles. Ainsi, l'exploitation anarchique et illégale de la forêt a un impact négatif sur le bien-être des populations en termes de changement climatique et aussi la perte considérable des arbres utilisés dans la pharmacopée traditionnelle.

SFB et SBAC ont reçu respectivement 51 450 et 70 688 hectares pour l'exploitation forestière dans le district de Somalomo. Et pour ces grands hectares de forêt taillés pour l'exploitation du bois, c'est une préoccupation environnementale majeure pour l'avenir des communautés locales et de la faune.

Les peuples autochtones souffrent déjà de ce changement forestier. “Certaines des personnes les plus touchées ont la possibilité de migrer vers d'autres endroits, et elles se retrouvent sans abri parce que l'exploitation forestière illégale détruit leurs fermes et d'autres ressources dont elles dépendent pour leur subsistance quotidienne,” a déclaré Hymelda Wouafack.

Membre d'un peuple autochtone au Cameroun, Hymelda raconte la situation : “La plupart des habitants des villages touchés sont confrontés à la réduction de l'écorce des arbres utilisés pour traiter certaines maladies et à l'absence d'accès à d'autres médicaments gratuitement. Dans ces villages, les gens sont très pauvres et ont de mauvais hôpitaux."

Les bois les plus précieux sont les plus essentiels à l'alimentation des membres de sa communauté. Par conséquent, l'alimentation biologique à travers une grande partie des produits forestiers non ligneux est mal positionnée. “Pour être honnête, l'exploitation forestière illégale est une arme de destruction pour la forêt et la vie des populations voisines. Ce mode d'exploitation ne profite pas du tout aux populations,” explique Emini.

 

Une faune sans défense

Les dégâts forestiers dans la région perturbent désormais les populations d'animaux sauvages. ECODEV a déclaré que SFB était coupable d'avoir abattu des arbres dans l'écotone voisin de la ville de Yoko. 52 arbres ont été abattus et trouvés flottant dans les zones humides. ECODEV déclare que « ces arbres sont parfois abandonnés dans la forêt. Dans le cas de la SFB, l'abandon du bois en forêt est très fréquent. Pendant ce temps, pour la faune de la région, les changements environnementaux peuvent entraîner des migrations forcées ou même des décès fréquents.

Les données de Global Forest Watch montrent qu'en 2000, 76 pour cent des forêts du pays étaient déjà exploitées ou allouées à des concessions forestières. En substance, la déforestation a des conséquences dévastatrices sur la reproduction et la survie de la faune. Malheureusement, lorsqu'une forêt est dégradée, la faune peut être incapable de trouver toute la nourriture et la nutrition dont elle a besoin. En conséquence, ils peuvent devenir plus sensibles aux maladies zoonotiques et à la pollution atmosphérique due aux dépôts atmosphériques d'azote.

Luc Mathot, co-fondateur d'Eco Activists for Governance and Law Enforcement (EAGLE) a déclaré que si ces sociétés forestières étaient certifiées, l'impact de l'exploitation forestière serait moins important. Le Cameroun ne promeut pas la bonne gouvernance et la certification dans le secteur forestier. Non seulement la déforestation, c'est un problème de corruption, de manque de volonté politique et de manque d'intérêt pour protéger la faune et la forêt.

“La faune peut ou non être plus adaptable à l'exploitation forestière, selon leur espèce et les systèmes en place pour minimiser l'exploitation forestière. La faune ne peut pas survivre si tous les habitats sont détruits autour des villages,” explique Luc.

 

Journalisation frauduleuse

Emini a expliqué que plus une essence était précieuse, plus la commodité était chère. Pour cette raison, “les opérateurs corrompus préfèrent obtenir des approbations pour du bois moins cher et par la suite parfois profiter de l'ignorance des résidents locaux ou des autorités corrompues pour exploiter illégalement des bois précieux,” a-t-il ajouté. Les forestiers sont des entrepreneurs et les affaires sont synonymes de profits.

Cependant, Daniel Enoudji, un agriculteur du district de Somalomo, ne pouvait pas utiliser sa ferme qui avait été défrichée par le SBAC. En peu de temps, les bûcherons ont dépassé leur marque de concession juste pour récolter le précieux bois de sa ferme. Le SBAC est arrivé avec un bulldozer tandis que ses chenilles détruisaient ses récoltes. Tout ce qu'il faut, c'est qu'il abaisse sa lame, même s'il y a un gros arbre, il finira par terre.

ECODEV a signalé que SFB avait déjà été sanctionné pour 03 mois d'ici 2020. La sanction a été levée mais les activités d'exploitation illégale se poursuivent. Les arbres saisis sont souvent laissés dans la forêt lorsque les bûcherons sont suspendus ou reconnus coupables d'activités illégales. C'est également le cas du SBAC et de la SFB dans les quartiers de Massea, Londjap et Nkoulkoua lorsque les titres forestiers du duo ont été suspendus en 2019.

Les bûcherons industriels tels que le SBAC et la SFB sont en position marginale sur le marché intérieur camerounais. Le marché régional, à la fois en Afrique centrale et dans le reste du continent, reste également sous-développé. Sur la base des données de production et de commercialisation du secteur forestier recueillies en 2019, le Centre pour l'environnement et le développement (CED) a révélé que malgré une légère baisse, les exportations de grumes sont restées fortes en 2019. Il y avait 554 520 mètres cubes contre 828 000 mètres cubes en 2018.

“Le Cameroun a de bons textes juridiques, mais il faut admettre que l'application a encore un long chemin à parcourir. Il existe des décrets ministériels contre l'exploitation forestière illégale, mais cette pratique se poursuit à la pleine connaissance des responsables du MINFOF. Allez voir les manigances aux checkpoints de la forêt, et vous comprendrez le melting-pot qui existe entre le droit et la pratique. On peut voir que depuis plus de 10 ans aujourd'hui, la loi forestière est en perpétuelle révision et pendant ce temps les forêts meurent et les communautés s'appauvrissent davantage,” dit Emini.

La récolte illégale de bois précieux comme Ayous / Obéché, Fraké, Sapelli, Eyong, Bilinga, etc. reste la norme dans les forêts du domaine national. Le bois de grande valeur est ciblé par les exploitants forestiers car il est coûteux sur leurs marchés de destination.

Les exportations sont restées constantes, 813509 mètres cubes enregistrés en 2019 contre 832157 mètres cubes en 2018, les placages et contreplaqués ont également stagné autour de 80000 mètres cubes. L'exploitation forestière est restée concentrée sur un nombre réduit d'espèces. Le Tali et l'Okan représentent 52 pour cent des exportations de grumes et 10 bois précieux ont représenté 90 pour cent de la demande extérieure.

Emini dit qu'il n'y a pas d'accord officiel entre les pays asiatiques (Chine) et le Cameroun. D'autre part, il y en a entre les pays européens dans le cadre de l'accord de partenariat volontaire UE / Cameroun et de l'application des réglementations forestières, de la gouvernance et du commerce (APV-FLEGT).

 Lire aussi : Agro-industrie et déforestation au Cameroun : Le cri de détresse des populations autochtones de Logbadjeck

 

Par Francis Annagu

 

Cette histoire a été soutenue par Code for Africa et InfoCongo, et a été financée par Global Forest Watch (GFW) avec le soutien du ministère norvégien du climat et de l'environnement (KLD). GFW soutient le journalisme axé sur les données par le biais de son initiative de fonds de petites subventions.

Leave a comment

Cependant, estime le ministre de la Communication, «le MRC n’est pas un parti à part. C’est un parti qui doit nécessairement prendre…

Agenda

«June 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930