30/07
Bacc 2021 results: Restive South West region tops classification chart with 83.73%
30/07
Tokyo 2020 Olympics: Four times Africa champion, Hortence Mballa Atangana crashes out
30/07
Manifestation publique: une marche de soutien au président de la République interdite à Douala
30/07
Le ministre du Commerce dévoile les vrais prix du ciment Cimencam dans les villes de…
30/07
Diaspora: une camerounaise d’origine nommée sénatrice au Canada
30/07
IMF approves new triennial support to Cameroon worth FCFA 375B
30/07
Three Cameroonians napped after stealing FCFA 15M from Gabonese boss
29/07
Destruction des régions du Nord et Sud Ouest : le rapport d’Amnesty International qui accable…
29/07
Cameroon vows to wage ceaseless campaign against Boko Haram following countless attacks
29/07
Tragédie: une famille camerounaise décède dans un incendie en RCA
29/07
Vaccin anti – Covid : Déjà quatre milliards de doses injectées dans le monde
29/07
Douala : Célestine Ketcha Courtès et ses pairs apportent leur soutien au Chef de l’Etat…
29/07
Calixthe Beyala: «ces influenceuses qui risquent amener nos jeunes vers les dérives»
29/07
Un réseau de faux agents de la présidence de la République démantelé
29/07
Crise anglophone: plus de 4,200 personnes ont fui Nwa dans le Nord-Ouest en l’espace de…
29/07
En France, un lieutenant camerounais sort major de l'école de guerre de Saint Cyr
29/07
Le camerounais Basile Njei dans la liste très convoitée des médecins les plus honorés aux…
29/07
Adamawa: Four including three-year-old perish in road accident
29/07
Extrême Nord : boko haram fait de nouvelles victimes
29/07
Exactions de boko haram à l’Extrême-Nord: Beti Assomo au chevet des militaires blessés
  • Vous êtes ici :  
  • Accueil
  • Culture
  • Cinéma
  • L’achat de quatre films locaux par Netflix redonne espoir au secteur du cinéma camerounais

L’achat de quatre films locaux par Netflix redonne espoir au secteur du cinéma camerounais

vendredi, 16 juillet 2021 12:02 ACP avec Le Monde Afrique

Le Monde Afrique a publié une série d'enquêtes sur le cinéma en Afrique. N'ayant pas survécu à la transition de l'analogique vers le numérique au début des années 2000, plusieurs pays tentent de faire revivre cet art. Au Cameroun, le cinéma semble avoir de nouveaux horizons. Netflix a acquis les droits de diffusion de quatre films, une grande première. 

 

 

Les réalisateurs, producteurs et acteurs se félicitent de ces acquisitions par le géant du streaming et attendent un réel plan de soutien des autorités au septième art.

Naomi est concentrée. Voilà deux heures qu’elle noircit des pages en écoutant religieusement René Etta Tabot. La jeune étudiante en arts visuels n’aurait manqué « pour rien au monde » la masterclasse animée par le multiprimé directeur de la photographie, à l’occasion du Festival international du film camerounais organisé du 19 au 24 avril à Buéa, capitale du Sud-Ouest, l’une des deux régions anglophones du Cameroun plongées dans une guerre civile depuis quatre ans. Comme elle, ils sont plus d’une dizaine à avoir bravé la peur pour rencontrer leur « idole » et « profiter de son immense savoir ».

« Je suis passionné de cinématographie. Je suis là pour apprendre comment tourner de bons films, comment prendre de bons plans », chuchote Giscard, un autre étudiant. Dans l’assemblée, beaucoup se disent « décidés à aller au bout de [leur] rêve » de cinéaste. Une détermination renforcée par les récents succès du cinéma local : depuis mars, Netflix a acquis les droits de diffusion de quatre films camerounais. Une première dans l’histoire de ce pays d’Afrique centrale de plus de 25 millions d’habitants.

Episode 1 Côte d’Ivoire : à Abidjan, sur la trace des anciens cinémas

René Etta Tabot a officié comme directeur de la photographie dans Therapy (2019), qui raconte un couple au bord de la dépression, et The Fisherman’s Diary (2020)inspiré de l’histoire de Malala Yousafzai, militante pakistanaise des droits de la femme et Prix Nobel de la paix 2014, tous deux choisis pour faire partie du catalogue du géant du streaming.

Pour cet homme affable de 41 ans, ces acquisitions prouvent aux jeunes comme Giscard et Naomi qu’il y a « une possibilité de gagner sa vie » dans le cinéma quand de nombreux parents tentent de dissuader leurs enfants de choisir cette voie.

 

La résistance des réalisateurs

Même si elles ne sont pas nombreuses, des œuvres camerounaises ont été sélectionnées ou primées au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), considéré par beaucoup comme le plus grand d’Afrique. En 1976, Muna Moto de Jean-Pierre Dikongué Pipa remportait l’Etalon de Yennenga, la plus prestigieuse récompense de ce festival. Suivent en 1997, 2005 et 2009, le prix du meilleur son, l’Etalon d’argent ou encore le Poulain de bronze pour d’autres réalisateurs.

The Fisherman’s Diary, qui raconte le combat d’une jeune fille issue d’un village de pêcheurs hostiles à l’éducation, a été présélectionné aux Oscars 2021. C’est la deuxième fois seulement pour un film camerounais en l’espace de quarante et un ans. L’œuvre du producteur Kang Quintus a également glané une dizaine de prix en Inde ou au Ghana depuis sa sortie, bien avant l’acquisition des droits de diffusion par Netflix.

« Ce qui fait la différence dans ces films, c’est la technique et la manière dont les histoires sont racontées », assure Waa Nkeng Musi, qui confirme « un énorme progrès des films camerounais en termes de qualité comme de quantité ». Le président et fondateur de Collywood, l’industrie camerounaise du film (Cameroon Film Industry), créée en 2008 et qui regroupe plus de 1 000 membres (réalisateurs, producteurs, acteurs…) précise qu’au moins une douzaine de films sont produits chaque année au Cameroun. La majorité vient du Sud-Ouest et Nord-Ouest, les deux régions anglophones. Plusieurs films ont ainsi été achetés par des chaînes étrangères ou des compagnies aériennes internationales.

Mais depuis cinq ans, la production a diminué du fait de la guerre civile en cours dans cette partie du pays et de la survenue en 2020 du Covid-19. Malgré ces freins et le manque de financement qui affecte toute l’industrie, les réalisateurs francophones et anglophones résistent.

 

Le défi des financements

« On le fait d’abord par passion. On travaille ensemble comme une famille. Malgré toutes les difficultés, on avance. On fait des erreurs, mais on apprend sur le plan technique et artistique », résume Jeffrey Epule, acteur depuis onze ans et dont le dernier film, Little Sam Big Sam, qui raconte le quotidien d’un médecin, a été élu parmi les meilleurs du mois de mars en Suède.

« Cet intérêt de Netflix pour notre cinéma, c’est une incitation à travailler encore plus, à s’améliorer en permanence et à viser l’excellence », renchérit Prince Sube, acteur de The Fisherman’s Diary. « La démarche Netflix va obliger les cinéastes à relever les standards de leurs films », abonde Claye Edou, directeur du studio Cledley Productions et réalisateur de Minga et la cuillère cassée, le tout premier film d’animation 100 % camerounais.

Episode 2 Dans le nord du Nigeria, le cinéma conservateur de Kannywood

Le défi reste de trouver des financements dans un pays où le secteur est sinistré. Dans les années 2000, les dernières salles de cinéma ont fermé, notamment après l’apparition des CD et DVD. L’ouverture en 2017 de deux salles par Vivendi, groupe détenu par Bolloré, à Douala et Yaoundé, les principales villes du pays, et la réouverture en 2018 du cinéma L’Eden à Douala « n’ont pas vraiment amélioré la situation », explique un réalisateur et producteur qui a requis l’anonymat. Pour cet homme qui navigue dans l’industrie cinématographique depuis plus d’un quart de siècle, « l’Etat a fui ses responsabilités et abandonné le cinéma ».

En 1973, le gouvernement avait créé le Fonds du développement de l’industrie cinématographique (Fodic). Gangrené notamment par la corruption, il n’a pas fait long feu. La CRTV, la télévision d’Etat, qui achète certains films ou séries locaux, « met du temps à nous payer. C’est un manque à gagner, car nos créanciers doublent les intérêts et, à la fin, il ne nous reste rien », ajoute le réalisateur.

Episode 3 Isabelle Kabano, le Rwanda à fleur de peau

Certains tentent de trouver des financements à l’international. D’autres diffusent leurs œuvres sur des chaînes de télévision locales, sans « réelle contrepartie ». Les « plus chanceux » les projettent sur les chaînes internationales.

D’après le producteur, « l’appétit » de Netflix pour le Cameroun peut « tout changer », à condition que l’Etat accepte « enfin de sauver le septième art et de promouvoir son image à l’international ».

« Et pourquoi pas impliquer les Camerounais en organisant des campagnes de crowdfunding autour d’un projet ? », s’interroge ce jury et co-organisateur de festivals : « On est un pays bilingue avec l’anglais et le français comme langues officielles. C’est un gros avantage qui peut nous ouvrir les portes du cinéma africain et mondial. A condition qu’on y mette des moyens et qu’on crée une plate-forme de vente unique et nationale » de tous les films produits.

 

Leave a comment

La décision a été publiée le 22 mai 2020. Les sept pays membres du club de Paris, un groupe de créanciers bilatéraux…

Agenda

«July 2021»
MonTueWedThuFriSatSun
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031